Informations régionales

Accident de travail sur le chantier de Ciment McInnis: l'employeur conteste

20 octobre 2016

L’employeur du monteur d’acier qui a grièvement été blessé au pied, cet été, sur le chantier de Ciment McInnis, conteste le rapport de la CNESST.

Lors de travaux de déplacement d’une colonne d’acier à l’aide d’une grue, le 10 août dernier, vers 14 heures, les élingues qui retenaient la charge se sont détachées alors que la pièce se trouvait à 6-7 pieds du sol, au moment du levage, selon la commission.

Se trouvant sous la pièce, un monteur d’acier a eu le pied écrasé. Le travailleur a dû subir deux opérations depuis l’accident.

Toujours selon le rapport d’enquête de la commission des normes, de l’équité, de la santé et la sécurité du travail, le sous-traitant procédait au levage de la pièce avec une grue munie d’un déclencheur à distance qui détache les cordes à l’endroit visé pour déposer la charge.

Les travaux avaient lieu dans la section du terminal maritime du chantier.

Le porte-parole de la CNESST, Maxime Boucher, soutient que l’enquête n’a pas permis de déterminer pour quelle raison les câbles se sont détachés.

La CNESST a exigé à l’employeur qu’il rappelle à ses travailleurs les règles à observer sur les chantiers et qu’il revoit la méthode de levage de charge à l’aide d’une grue.

Un constat d’infraction a été émis par la Commission des normes à au sous-traitant de Ciment McInnis, Lambert-Somec, pour avoir contrevenu à la loi sur la santé et la sécurité du travail. Les procédures judiciaires sont en cours.

Le président de cette entreprise d’électro-mécanique de Québec, Yvan Laroche, soutient que sa compagnie a fait preuve d’une diligence plus que raisonnable sur ce chantier.

Il a l’intention de contester certains aspects du rapport mais ne précise pas lesquels. Au début de mois d’août 2015, la compagnie a amorcé le processus d’accréditation OHSAS, l’équivalent en matière de sécurité à la norme ISO qui régit la qualité des produits.

Pour être accréditée, une entreprise ne doit avoir à son dossier aucun accident de travail sous sa responsabilité.

Retour

PARTAGER